Abraham Breguet (1747-1823) fut un horloger et un mécanicien français. A l’âge de 33 ans il fonde un établissement célèbre qui place l’horlogerie française au premier rang. Il construit des horloges astronomiques, des horloges de marine, des chronomètres. Il a l’idée d’utiliser des rubis pour réduire les frottements. Il construit le mécanisme du télégraphe Chappe. Il invente un thermomètre métallique dont nous avons un exemplaire (The1-4). Il s’agit d’un ruban spiralé formé de trois lames de platine, or et argent superposées dont la torsion causée par une variation de température, entraîne la rotation d’une aiguille. Abraham Breguet, membre du bureau des longitudes entra à l’Académie des Sciences en 1816.

Louis Breguet (1804-1883), petit-fils du précédent nous intéresse particulièrement car il construisit l’un des appareils les plus importants de notre musée : la bobine de Masson (Eld4-6) en 1842. Louis Breguet fut, comme son grand-père, horloger et physicien ; il construisit de nombreux appareils de précision. Il fut chargé d’établir le premier télégraphe électrique sur la ligne de chemin de fer Paris-Rouen. Il construisit un télégraphe à cadran (Eld3-3) qu’il inventa peut-être, invention que l’on attribue aussi à Charles Wheatstone (1802-1875). Comme son grand-père il fut membre du bureau des longitudes (1862) et de l’Académie des Sciences (1874).

Antoine Breguet (1851-1882), fils de Louis, physicien et inventeur, fut placé par son père à la tête de ses ateliers. Il nous concerne car le musée possède une dynamo Gramme (Eld4-4) qui porte l’inscription :

 

Machine de Gramme

Inv. Bté SGDG

Breguet FT n° 15 D

 

Antoine Breguet écrivit un traité sur la dynamo Gramme, fut professeur au lycée Louis le Grand.

Un autre Breguet, Louis Charles (1880-1955), est bien connu comme ingénieur constructeur d’avions et d’hélicoptères. La première liaison Paris-New-York sans escale fut réalisée en 1930 par Costes et Bellonte à bord d’un avion «Breguet 19»

 

Informations supplémentaires