Fonction

Mesure d'angles (goniomètre, emploi en géodésie et pour l'arpentage) . Aussi appelé dioptre.

 

Description

L'alidade est essentiellement une règle (de l'arabe alidada) qui porte un système de visée : soit deux pinnules comme c'est le cas ici (alidade à pinnules), soit une lunette (alidade à lunettes). Les pinnules (du latin pinnula, petite aile) sont deux petites plaques de cuivre, fixées perpendiculairement aux extrémités de l'alidade et percées d'orifices étroits : petit trou, fente étroite, fente avec fil tendu médian (dioptre).

 

 

 

Une visée consiste à mettre en coïncidence les deux orifices et un point de l'objet lointain visé. Parfois (souvent), l'alidade peut tourner autour d'un axe passant par la ligne de visée, et une de ses extrémités se déplace au regard d'un cercle gradué, centré sur l'axe.

Passant d'une visée à l'autre on mesure, sur le cercle gradué, l'angle que font les deux directions. Plus simplement, l'alidade à pinnules peut être placée sur une planchette, on relève alors sur le papier la direction visée. Un simple rapporteur permet la mesure, sur le papier de l'angle que font deux directions.

 

Histoire

Un vieux registre note l'acquisition en 1894 de trois alidades dans leur boite.

On attribue parfois à Thalès de Milet (640-548 avant J-C) les débuts de la géodésie ; il aurait rapporté d'Égypte(?) en Grèce, les fondements de la géométrie. Mais qui a inventé l'alidade ? Remarquons que ce mot est d'origine arabe. Hipparque (2 ème siècle avant J-C) le plus grand astronome de l'antiquité, se servait du dioptre (alidade à pinnule) et de l'astrolabe dont on lui attribue l'invention.

Dans l’ouvrage Géométrie, cours moyen (maison A. Mame à Tours), on trouve la description suivante d’un graphomètre :

«Le graphomètre est un instrument destiné à mesurer les angles. Il se compose: d’un limbe ou d’un demi-cercle évidé, en cuivre, de 8 à 12 centimètres de rayon, divisé en degrés et en demi-degrés. La graduation est double et peut être lue dans les deux sens; de deux alidades ou règles munies aux extrémités de deux pinnules relevées à angle droit. Une des deux alidades est mobile autour du centre du limbe ; l’autre est fixe et dirigée suivant le diamètre du limbe ; elle se nomme ligne de foi ou de collimation. Le limbe porte en son centre et en dessous une tige terminée par une petite sphère serrée par deux coquilles, que l’on peut écarter ou rapprocher à volonté à l’aide d’une vis. Cette articulation appelée genou à coquilles, permet de fixer le limbe dans une position quelconque. Les coquilles sont le prolongement d’un cylindre creux appelé douille, et destiné à recevoir l’axe d’un pied à trois branches. Les branches du trépied sont mobiles et peuvent être fixées à leur axe à l’aide d’une vis de pression G. Cette disposition permet d’utiliser le graphomètre sur un sol quelconque

 

 

 

 

 

Informations supplémentaires