Fonction

Détermination d’une température de fusion et par voie de conséquence, estimation du degré de pureté d’une substance.

 

Description

Un bloc de bronze en forme de prisme à section pentagonale est chauffé par une rampe à gaz. Sur sa face supérieure, plane et horizontale, sont creusées cinq paires de petites cuvettes dans lesquelles on place les poudres en petits cristaux dont on veut déterminer le point de fusion. Les flammes sont axées sur l’arête inférieure et « lèchent » les faces inférieures obliques. Un thermomètre peut être placé dans un canal cylindrique creusé dans le bloc, parallèlement à sa plus grande dimension et permet de suivre la lente évolution de la température du bloc.

« Parmi les caractères employés pour s’assurer de la pureté d’un corps, le point de fusion est celui qui donne le plus de garantie et celui que l’on emploie le plus fréquemment à cause de sa facile détermination. Il est en outre d’une sensibilité très grande, un centième d’impureté abaissant souvent le point de fusion de 10, 20, 30 degrés, et parfois plus encore. En opérant comme nous l’avons dit, et en employant l’acide sulfurique comme liquide on peut prendre des points de fusion jusqu’à 200°. Au delà, l’acide fume et devient peu commode.

Pour les températures plus élevées, on peut utiliser le bloc de Maquenne composé d’un bloc de cuivre chauffé par le gaz, ayant dans sa masse un canal pour le thermomètre et à la partie supérieure de petites cupules pour recevoir la substance. »

 

 

 

Informations supplémentaires