Fonction

La batterie de jarres est une forme ancienne de condensateurs associés «en parallèle» (on dit encore «en surface»). On la chargeait avec une machine électrostatique, puis on utilisait sa décharge dans diverses expériences : torpille électrique, portrait de Franklin...

 

Description

Une jarre est une bouteille de Leyde dont l'ouverture, plus large, a permis de coller une feuille d'étain sur le paroi intérieure. La tige qui traverse le bouchon de liège est droite et se termine par une chaîne qui assure le contact avec la feuille d'étain intérieure (armature interne).

Les jarres, ici en nombre de neuf, sont placées dans une caisse en bois intérieurement revêtue d'une feuille d'étain laquelle, en contact avec les armatures externes des jarres, les réunit électriquement et constitue l'une des armatures de la batterie. Les tiges des jarres sont réunies par des barres de cuivre et forment ainsi un conducteur unique  la deuxième armature de la batterie.

Un électromètre est parfois placé sur une tige de cette seconde armature et permet de connaître l'état de la charge de la batterie de jarres.

 

 

 

Histoire

Voir la notice Est2-5.

 

 

 

 

 

Informations supplémentaires