Fonction

Mesurer un flux magnétique, une variation de flux ou une quantité d’électricité.

 

Description

L’appareil est une sorte de galvanomètre à cadre mobile sans couple de rappel. Pour cela, le cadre est monté sur deux pivots qui assurent support et liaison électrique. une bobine exploratrice mobile est reliée par fils souples au fluxmètre; elle est traversée par un flux Φ que l’on fait varier. Soit α l’angle de rotation du cadre.

À l’instant t1,

À l’instant t2,

On démontre, en négligeant les couples de frottement visqueux et solide, que Φ0 (α2-α1 )=Φ2-Φ1 Φ0 est la constante d’appareil définie sur la notice relative au galvanomètre «Deprez d’Arsonval». On déduit donc la variation de flux Φ2-Φ1 de la rotation α2-α1 .

Autre utilisation: shunter le fluxmètre avec une résistance R1 et faire passer une quantité d’électricité q dans l’ensemble (on peut en fait montrer que la quantité d’électricité qui traverse le fluxmètre est nulle).

Le calcul, avec les approximations acceptées (mais discutables!),montre que la déviation α2-α1 est proportionnelle à R1.q (attention, un mauvais contact ou l’oubli du shunt qui équivalent à R1 infini et entraînent une destruction de l’appareil).

La réutilisation de l’appareil nécessite à chaque fois sa remise à zéro. Sur l’appareil exposé (fluxmètre Grassot), la remise à zéro est mécanique (donc assez brutale) à l’aide d’une fourchette.

Sur d’autres types de fluxmètres, la remise à zéro est réalisée électriquement par envoi dans le cadre, d’un courant issu d’une faible force électromotrice fournie par un dispositif potentiométrique ou par un cadre mobile que l’on fait tourner dans un champ magnétique.

Si l’étude du fluxmètre est intéressante, son emploi l’est beaucoup moins car cet appareil présente des défauts dont le moindre n’est pas la fragilité.

 

 

 

 

 

Informations supplémentaires