Fonction

Appareil précis et néanmoins transportable pour mesurer la pression atmosphérique.

 

 

Description

Comme pour tout baromètre, un tube de Torricelli (Flu2-2) plonge dans une cuve contenant du mercure. Mais le tube est fixe par rapport aux parois de cette cuve cylindrique. Celle-ci est à double fond: un fond, paroi solide, forme écrou pour une vis C qui le traverse et un sac en peau de chamois qui peut être soulevée en vissant C. Ceci a pour effet de faire monter le niveau de mercure d'une même hauteur dans la cuve et dans le tube. Il est ainsi possible, pour le transport, de remplir complètement le tube. Au niveau où le tube pénètre dans la cuve, un joint en peau de chamois laisse passer l'air atmosphérique mais empêche le mercure de sortir, même si le baromètre est en position horizontale. Le tube de Torricelli est enveloppé d'un tube de laiton, solidaire de la cuve et qui laisse apercevoir le mercure par une fenêtre étroite et longue ouverte selon une génératrice du tube.

Le bord de cette fenêtre porte une échelle millimétrique dont le zéro correspond à l'extrémité a d'une pointe d'ivoire fixée à la partie supérieure de la cuve.

Pour la mise en position du baromètre, on le suspend verticalement à un support. Pour mesurer la pression atmosphérique, on dévisse C et on amène ainsi le niveau du mercure juste au contact de la pointe d'ivoire : l'extrémité a de cette pointe coïncide avec son image que donne la surface du mercure ; le plan de celle-ci contient alors le zéro de la graduation du tube de laiton. A l'aide d’un pignon qui prend appui sur une crémaillère latérale, on déplace le vernier qui permet la mesure de la hauteur du mercure dans le tube.

 

Histoire

Jean Fortin, physicien et ingénieur français (1750-1831) est surtout connu comme l'inventeur du baromètre précédemment décrit. Il fut membre du bureau des longitudes.

 

 

 

 

Informations supplémentaires