Fonction

Mise en évidence, spectaculaire, des forces de pression atmosphériques.

 

Description

Ce sont deux hémisphères, creux d'environ 10 à 12 cm de diamètre dont les bords étaient (à l'époque d'Otto de Guericke) garnis d'un joint de cuir enduit de suif afin de «tenir le vide» lorsque les deux hémisphères sont réunis. L'un des hémisphères porte un robinet qui peut se visser sur la platine d'une «machine pneumatique» (Flu2-1) et l'autre est muni d'un anneau pour la tirer. Quand la sphère obtenue par la réunion des deux hémisphères contient de l'air, il est facile de séparer les deux moitiés, il faut au contraire exercer une très grande force de traction pour les séparer quand on a eu fait le vide dans la sphère (797 N soit un peu plus de 81 kilogramme-force pour un diamètre de 10 cm et une pression atmosphérique de 76 cm de mercure).

 

Histoire

L'expérience décrite précédemment fut réalisée pour la première fois en 1654 devant la diète de Ratisbonne (en allemand: Regensburg, Bavière) par Otto von Guericke (1602-1686) bourgmestre de Magdebourg (1646-1681). Il fallut 16 chevaux (huit de chaque coté!) pour séparer les hémisphères (elles faisaient 80 cm de diamètre; la force à exercer devait être de l'ordre de 5200 kilogramme-force, ou 51 000 N).

Otto de Guericke avait inventé la «machine pneumatique» (la première pompe à vide) vers 1650. Il fut aussi l'inventeur de la première machine électrostatique (voir Est2-4).

Cette expérience eut un immense retentissement et mit à la mode les études sur l'air et sur le vide (travaux de l'anglais Robert Boyle (1627-1691) de l'abbé français Edme Mariotte (1620-1684)...)

 

 

 

Informations supplémentaires