Fonction

Mesurer une résistance par la méthode du pont de Wheatstone.

Description

 

 

La première figure donne le schéma de principe. x est la résistance à mesurer, R une résistance connue avec précision, fournie par une boîte à résistance (voir Eld1-2). C représente un contact mobile (curseur) se déplaçant sur un fil métallique tendu BCD homogène et de section constante.

Les résistances r1 et r2 sont respectivement proportionnelles aux longueurs l de BC et L-l de CD (L est la longueur fixe totale). Le courant dans le galvanomètre G s'annule lorsqu'est vérifiée la relation:

 

 

 

 

La seconde figure, moins schématique, représente la réalisation pratique. Une planche isolante porte des barres de cuivres de dimensions suffisantes pour constituer, lorsqu'elles sont traversées par des courants faibles, des volumes équipotentiels, dont chacun est représenté par un point sur la première figure.

Plusieurs bornes peuvent correspondre à un même «nœud» (au sens donné à ce mot dans les lois de Kirchhoff) afin de faciliter les connections avec les appareils extérieurs (résistance à mesurer, boîte de résistances, galvanomètre, générateur).

Dans des conditions normales l'incertitude porte essentiellement sur la position du curseur C (incertitude sur l). Un calcul d'erreurs montre que la précision est maximale pour l voisin de L/2 soit pour R voisin de x. On fera donc une première mesure, cette condition n'étant pas réalisée (x inconnu), puis on fera une seconde mesure en prenant, pour R la valeur la plus voisine de la valeur obtenue pour x dans la première mesure. Les précautions à prendre sont les mêmes que pour l'utilisation de la boîte à pont.

 

Histoire

On pourra se reporter à la notice de la boîte à pont Eld1-3.

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations supplémentaires